Album Photo

NOS PARTENAIRES

 

 

 

 

FNE

 

 

Qui nous suivent ?

Aujourd'hui 2

Hier 21

Ce mois 653

Tout 10948

La marche vers l’excellence

Les réformes impulsées par les Chefs d’États de la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) balisent le chemin de cette école vers des performances adaptées aux exigences en la matière.

La modernisation de l’École de l’Hôtellerie et du Tourisme de la CEMAC (EHT-CEMAC) est plus que jamais lancée. Cette transformation est la concrétisation de la volonté des Chefs d’États de la CEMAC d’impulser un nouveau souffle aux instituions de notre sous-région. C’est ainsi que lors de leur 11ème Conférence tenue à Brazzaville en juillet 2012, des décisions fortes ont été prises. Dans un premier temps, la Conférence a réaffirmé le principe de rotation intégrale aux postes de dirigeants des institutions communautaires avec effet immédiat. Par ailleurs, la Conférence a invité les responsables entrants et ceux en place à inscrire leurs actions dans le cadre de la transparence dans la gestion et du renforcement de la collégialité dans les prises de décision. Bien avant la juillet 2012, les Chefs d’États de la CEMAC avaient esquissé les contours de cette évolution de l’EHT-CEMAC vers une structure de formation et référence et surtout d’excellence. Il y a donc trois ans, la première étape de cette transformation fut la réalisation de l’étude de restructuration des activités de l’EHT-CEMAC. Cette étude aura donc constitué le socle du processus de la construction d’un plan de formation à long terme sur la base des objectifs stratégiques énoncés par les Chefs d’Etats de la CEMAC. Aujourd’hui, l’adoption du système LMD en fonction de la capacité d’accueil des étudiants va donner une nouvelle dimension à cette école en même temps qu’elle marque son adaptation à l’évolution pédagogique mondiale. Cela traduit l’ambition de l’EHT-CEMAC d’anticiper les mutations en termes de nouveaux produits sur le marché et de les traduire en politique de formation flexible. Il s’agit également pour l’école d’intégrer le réseau des grandes écoles de formation du monde avec l’assistance de l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT) et l’expérience des associations de renom travaillant dans le même domaine d’activités. Cela exige le renforcement des capacités des enseignants, le recrutement du personnel et le réaménagement du plateau technique de l’école. Toutes ces réformes ouvrent la voie à la délivrance dès l’année académique 2013-2014 d’un diplôme CEMAC dont le principe a été adopté par la réunion des Ministres du Tourisme de la sous-région tenue à Yaoundé en mai 2011.

En prenant les commandes de l’EHT-CEMAC le 22 décembre 2012, Séraphin MAMYLE-DANE, le nouveau Directeur général, sait qu’il doit renforcer les stratégies d’atteinte des objectifs pédagogiques de cette école. Ces objectifs se déclinent en trois axes. Le premier concerne la formation, le perfectionnement, le recyclage, et la spécialisation des personnels de l’hôtellerie et du tourisme. Quant au deuxième volet de cette mission, il s’agit de la promotion de la recherche dans les métiers de l’hôtellerie et du tourisme. Enfin, le nouveau Directeur général devra veiller à ce que l’appui au développement de ces métiers transforme les étudiants en consultants. Et la formation de ceux-ci s’y prête. Avec des enseignements professionnels théoriques et pratiques, des enseignements auxiliaires, des conférences, séminaires, voyages d’études et autres stages professionnels en entreprises, les étudiants de l’EHT-CEMAC sont outillés pour être les meilleurs dans les domaines de l’hôtellerie et du tourisme non seulement en Afrique centrale mais également en Afrique en général. Et pour accéder à cette formation, les jeunes gens (de 17 à 21 ans au plus à la date du concours) issus des pays de la CEMAC et bénéficiaires d’une bourse doivent se soumettre aux épreuves écrites et orales d’un concours auquel peuvent également participer d’autres candidats hors CEMAC également bénéficiaires d’une prise en charge (bourse et scolarité). Trois cycles de formation sont proposés aux candidats admis à ce concours à savoir celui de brevet de technicien obtenu après trois ans pour les étudiants ayant été reçus avec un Bepc, un RE (Revalinda Elemental), un GCE/OL ou tout autre diplôme équivalent. Le second palier, sanctionné également après trois ans par un brevet de technicien supérieur (BTS) concerne les étudiants admis avec un Baccalauréat, un PM (Prueba de Madurez), un GCE/AL ou tout autre diplôme équivalent. Pour ceux des étudiants qui ont souvent voulu continuer leurs études dans ces filières et qui n’avaient jamais eu cette occasion à Ngaoundéré, l’EHT-CEMAC offre désormais un cycle de Licence, Master, Doctorat (LMD). Ainsi, les étudiants titulaires d’un BTS en hôtellerie et tourisme peuvent désormais obtenir une Licence professionnelle ou un Bachelor après un an. Après cette année de professionnalisation, le titulaire de la licence a la possibilité de s’inscrire en master qu’il pourra obtenir en deux ans d’études. Bon à savoir, au niveau  BEPH, BT et BTS, la scolarité gratuite (logement à l’internat, nutrition, frais d’assurances et médicaux et frais de scolarité). Quant au cycle LMD, la bourse et les frais de scolarité sont à la charge des États et autres organismes.